Quand les réseaux sociaux permettent le succès des Seniors

Un article un peu à part de nos articles habituels sur la tech et les Seniors, puisque celui-ci est dédié à une beauté inspirée et inspirante : Yazemeenah Rossi qui, grâce au réseau social Instagram (et surtout grâce à son talent) est devenue une icône pour des millions de femmes à travers le monde. Focus.

Originaire de Corse, où elle aimait grimper aux rochers, découvrir de nouvelles plages, sauter dans les ruisseaux, Yazemeenah Rossi, la magnifique française de 66 ans, vit depuis plus de 10 ans à Malibu (Californie) après une halte à New-York. Depuis 2015, elle affole la toile par son énergie, son corps de rêve, sa longue chevelure d’argent et est aujourd’hui considérée comme l’une des plus belles femmes au monde !

Lorsqu’on lui demande pourquoi Malibu, elle rétorque, sourire aux lèvres que « la mer et le désert sont là, présents, tout proches et me rappelle sans cesse la Corse et mon enfance. Ces éléments sont indispensables à mon équilibre. » Elle ajoute s’y sentir en phase avec elle-même, connectée à la nature. Pour garder la forme et afficher ce corps d’adolescente que lui envient ses milliers d’abonnés instagram, elle court chaque jour sur la plage.

Mariée et mère de 2 enfants (Armelle et Michel) à 22 ans, c’est à l’âge de 28 ans que commence son histoire dans la mode, quand elle remplace un mannequin cabine au salon du Prêt à Porter de Paris. Elle défilera ensuite pour les fourrures Sprung, pour Saint Laurent rive gauche, Thierry Mugler, Christian Lacroix puis découvrira le Japon en travaillant pour les cosmétiques Kanebo et Isetan Mitsukoshi. Entre temps, elle divorce, se remarie, devient photographe, réalise les photos et les books de ses consœurs et, surtout, plus que tout…suit son instinct !

À 45 ans, elle arrive à New-York où, décrit-elle « j’ai tout de suite senti que ma carrière allait rebondir. Je ne m’étais pas trompée. Dans la rue, les gens m’interpellaient pour me féliciter sur mon allure et ma chevelure ». Elle intègre alors la célèbre agence Ford et les contrats, à nouveau, s’enchainent : Bobbi Brown, Oil of Olaz, Schwarzkopf, Bloomingdale’s… « C’était la première fois que je faisais autant de campagnes photos ! J’étais ravie et paradoxalement assez frustrée car l’image que l’on donnait de moi ne reflétait nullement ma personnalité. Aussi, j’ai décidé un jour de me mettre en scène et de réaliser des autoportraits ».

Elle commence alors à réaliser des selfies bien avant la mode des selfies, sans retouche, montrant une femme mature, bien dans son corps, saine, évoluant dans des paysages somptueux et commence à diffuser ses autoportraits sur Internet. En 2015, sa fameuse séance en maillot de bain… fait le buzz et, surtout, le tour du monde. Depuis, elle est régulièrement sollicitée pour des interviews dans des magazines de mode et de santé, pour présenter des émissions télé et, cerise sur le gâteau (ou chantilly sur le cookie, c’est au choix), elle avoue même, rougissante, avoir été récemment approchée pour présenter une conférence TED (Technology, Entertainement and Design), pour y évoquer beauté et longévité. Au printemps passé, Diadermine en a fait sa nouvelle égérie : dès lors, pas une seule femme ne souhaite vieillir autrement que comme Yazemeenah Rossi.

Alors, what is the secret ?

Yazemeenah Rossi vit en parfaite harmonie avec la nature et se plie à une hygiène de vie pleine de bon sens, qui nous échappe parfois, citadins que nous sommes, perfusés aux écrans et à la productivité. Son mantra à elle : le bien-être. Eh oui ! Il fallait y penser !

Dans la revue Style du Sunday Times, elle précisait pratiquer le yoga et la méditation depuis plus de 30 ans et miser sur une alimentation saine et bio uniquement. Elle avoue prêter grande attention à l’origine des aliments qu’elle consomme. Chaque matin, elle boit un verre d’eau tiède additionné d’un jus de citron frais et mange quotidiennement de l’avocat. Yazemeenah Rossi se tient loin des emballages plastiques, dont de récentes études soulignent les effets perturbateurs endocriniens. Sa diète est principalement méditerranéenne « ces habitudes alimentaires me viennent de l’enfance » : grosse consommatrice de noix et d’oléagineux, de chocolat noir et de noix de coco, elle avoue quand même prendre aussi un whisky quelques fois !

Lorsqu’on évoque sa routine de soins, elle précise réaliser elle-même ses exfoliants et ses masques avec des matières ici encore naturelles et bio : huile d’olive, sucre de coco. Elle utilise peu de maquillage et, lorsque c’est le cas, veille à bien le retirer et hydrater sa peau avec ses propres baumes. « Je m’expose peu au soleil et m’en protège avec un mélange d’huile de germe de blé, d’huile de carottes et d’huile de framboises. »

En plus de courir chaque jour sur la plage et de pratiquer le yoga, elle met un point d’honneur à se lever tôt et varier les activités sportives : marche, vélo, étirements. Les possibilités sont sans fin, ajoute-t-elle, lorsque l’on vit ici. Elle prend régulièrement des bains d’eau froide, pour optimiser la circulation sanguine.

« Je n’ai jamais triché dans ma vie. Plus jeune, je pleurais mon manque de poitrine. C’est bien pratique aujourd’hui, ça me donne une allure plus jeune ! Je n’ai jamais voulu cacher non plus mes cheveux blancs apparus dès l’âge de douze ans, ni succombé encore (rires) à la chirurgie esthétique. Je reste ouverte sur la vie et je me laisse envahir par elle. Se sentir en harmonie, c’est le message que je désire transmettre aux jeunes femmes qui me suivent sur le Net et me félicitent pour l’image que je dégage », affirme-t-elle.

En accord avec ses principes et bien dans ses chaussettes, Yazemeenah Rossi affirme et témoigne que prendre de l’âge est une expérience merveilleuse, qui fait partie de notre vie et qu’il faut célébrer chaque jour. Le secret semble donc d’une grande simplicité : s’accepter, accepter le temps qui passe, prendre soin de soi et honorer chaque jour le simple fait de vivre.

Ajouter un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

91 − 81 =